© 2017 par Patrice Mancino / Quixotemusic

SUKOÏ FEVER

Rock'n'roll Band
 

bio

FR / Avion du rock'n'roll conçu sur les ruines d'un XXe siècle finissant, en Europe de l'ouest, sous l'emprise directe

des Stones, Clash, Yardbirds et autres musiques militaires. Certains exégètes rapprochent la musique de Sukoï Fever de machines scandinaves telles que Refused ou International Noise Conspiracy, ils se sentent plus proche de la mécanique Anglaise des Zombies.

    Le groupe vend rapidement son âme au diable, vend des millions d'albums, fait la tournée des régimes totalitaires, et finit tragiquement dans le crash d'un jet privé ... Ça c'est pour la légende.

    Pour la vérité (ou pas), Sy et Sa créent un groupe avec Ar, Ju, S et Se. Au tournant du siècle, Se part, remplacé par M.

Mais S finit par s'en aller et M cède sa place à N, qui quelques années plus tard lors du départ de Ju transmettra le flambeau à Se jusqu'au retour de M. Un véritable soap opera russe sur fond d'hiver nucléaire.

    Depuis son décollage, Sukoï Fever fait des concerts pour 1 à 5000 spectateurs, partage la scène de groupes de bonne et de mauvaise compagnie (aérienne?) : Hives, Wampas, Burning Heads, Flaming Sideburns, Elektrocution, Discipline, Penetrators, ...

    Les prestations scéniques du groupe, sont fiévreuses, habitées, spasmodiques jamais tièdes. Comme si la fin était proche, comme si c'était la dernière fois.

    Sukoï Fever est un avion en flamme qui n'en finit pas de tomber, une fièvre foudroyante qui n'en finit pas de monter.

    Avec The End Never Dreams et ses 12 nouveaux titres, ils labourent, le même (micro) sillon parfois profond et sinueux (Do the reptile), ou droit et musqué (Eye fuck). Un moment suspendu entre le début et la fin, entre la fin et la fin, un Eternel Retour cher à Friedrich.

C'est du ROCK, brut et sophistiqué, unisexe, pour filles et pour garçons, nourri d'un rêve qui ne s' éteint pas.

ENG / This is the tale of the most rock'n'roll planes scraped from the ashes of a crumbling century.

    This is the story of a Western european brew rooting to the Stones, the Clash, the Yardbirds and maybe some Eastern marching bands. Scholar versions of it compare Sukoï Fever pieces to some Scandinavian war machine gun like Refused or International Noise Conspiracy, but the Orleans' gang would rather be looking at the likes of English Zombies.

 

    The band would have quickly sold the soul to the Devil, selling millions of records, touring extensively totalitarian lands, just to end their course in a private jet demise...

    That would sound like a remarkable legend.

    But the truth is more like the ones of a cold nuclear winter's russian soap opera where Sy and Sa would put up a band together with Ar, Ju, S ans Se. Soon enough Se would leave, replaced by M, before S departed as well, while N taking over M's spot. One day, it would come to Ju quitting, prompting N to hand out the torch to Se until M's prodigal return.

    Since the original launching party, Sukoï Fever aligned concerts for audience ranging from 5.000 people to one, was lined up for gigs with better or worse companies, from the Hives, les Wampas, Burning Heads, Flaming Sideburns, Elektrocution, Discipline, Penetrators, ...

 

    The band's live performances are feverish, driven, prone to convulsions, never tepid, as if the end was near, living the moment like it was the last.

    Sukoï Fever is an ever falling plane on fire, a dazzling fever on the rise. The 12 songs of The End Never Dreams carve on the same furrow of groove, whether it's steep and swayed (Do the Reptile) or stinky (Eye fuck).

 

    This is all about a suspended moment between the beginning and the end, between the end and the end itself, a perception of Friedrich's Eternal Return.

 

​It's rock'n'roll, it's brutal, it's sophisticated, unisex, for girls and for boys, rooting to a dream that shine on bright.

concerts

~~2019~~

22 juin • Rennes • Festival La Cambuse

22 mai • Paris • Le Truskel

11 mai • Quimper • L'Ilot Saveur

10 mai • Gomené • Le Pub Follette

26 avril • Ainay le Chateau • Bistrot Culture

12 avril • Alençon • Le Pub St Léo

5 avril • Orléans • Le Bouillon

16 mars • Niort  • L'Entracte

9 février • Solesmes • Le Sous Bock
8 février • Valenciennes • The Liverpool
 

~~ 2018 ~~

23 novembre • Chateaubriand • La Charrue étoilée

14 novembre • Orléans • L' Astrolabe

12 octobre • La Bouexière • La Bicyclette

15 septembre • Charmes • Le café de l' Avenue

8 septembre • Orléans • CCNO

1 septembre • Troyes • Le Fer Gus

7 juillet • Paris • La Féline

9 juin • Compiègne • L' After Hours

​14 avril • La Chapelle Gaugain • L' Atmo

3 janvier • Paris • Secret Gig Quixotemusic

20 janvier • Lorient • Le Galion

~~ 2017 ~~

3 mars • Guéret • Bar de la poste /w Saphics.

4 mars • Aubusson

21 avril • Le Havre • L'Escale

22 avril • Festival les Casseroles • St Jean de Braye

1 sept • Nevers • La Tavern's

2 sept • Orléans • La Sardine 

9 sept • Bauzy (41) • le Col Vert

10 sept • Blois • L'Aukera

4 nov • Dordogne • L'Entente Cordiale

19 nov • Blois • Session Pôle Nord

1 dec • Flayat • Café de l'Espace

2 dec • Cognac • Le Crunch

23 dec • Périgueux • Les Toqués

 
 

music

 
 

Humble Dory

 
This site was designed with the
.com
website builder. Create your website today.
Start Now